Les Français, allergiques au sport ?

Sport

Le Sport et les Français ne font pas bon ménage !

C’est la conclusion d’une étude d’Opinion Way. En effet, uniquement 12% des Français défendent effectuer au minimum 2 heures de sport chaque semaine le plus souvent un sport à domicile ou encore des cours de karaté à paris par exemple. Et ce n’est pas faute, toutefois, de connaître qu’une activité physique est profitable pour la santé.

Car près de 90% des Français jugent qu’une pratique sportive plus soutenue et plus uniforme leur permettrait d’avoir une excellente surveillance de leur poids. En outre, bien que 70% des Français assurent contrôler l’aiguille de leur balance, le fait de passer à l’acte demeure pourtant ardu.

Les raisons sont variées : beaucoup estiment que l’activité sportive à l’école n’est pas assez amendée, certains considèrent qu’il est très complexe de combiner vie professionnelle et activité sportive régulière. Enfin, d’autres regrettent que les infrastructures sportives ne soient pas assez accueillantes.

Et si la Sécu remboursait vos activités sportives ?

Alors, comment inciter les Français à faire plus habituellement une activité sportive, surtout ceux qui sont sujets à des maladies liées à la sédentarité ?

Selon cette étude, 78% des enquêtes apercevraient d’un bon œil la création de lieu de rencontres adaptés pour pratiquer un sport avec des personnes touchées par le même mal, comme lors d’un stage foot de fille par exemple. Une idée qui a déjà vu le jour aux États-Unis et qui semble connaitre un certain succès. Selon le Figaro, une étude américaine a montré que des personnes atteintes de diabète parvenaient à mieux contrôler leur taux de sucre dans le sang en fréquentant des endroits où ils pouvaient se retrouver entre eux.

Par ailleurs, 72% souhaitent une diffusion plus massive d’indications précises sur l’activité physique nécessaire pour prévenir ces maladies (fréquence, durée, intensité, impact sur la santé).

Autre idée plébiscitée par presque un Français sur deux (48%), le remboursement d’activité sportive par la sécurité sociale et les mutuelles. À défaut de faire du sport, certains ont choisi de rêver…